Exercice Flintlock 2017 : 50 stagiaires engagés contre le terrorisme

| 17.03.2017 à 00h01
Réagir
Lundi 27 Février 2017 - Des exercices militaires américano-burkinabè ont débuté lundi au Burkina Faso pour préparer la lutte contre le "terrorisme et les organisations extrémistes violentes" dont de récentes attaques ont couté la vie à une quinzaine de soldats au Burkina.
© Spc Britany Slessman
Lundi 27 Février 2017 - Des exercices militaires américano-burkinabè ont débuté lundi au Burkina Faso pour préparer la lutte contre le "terrorisme et les organisations extrémistes violentes" dont de récentes attaques ont couté la vie à une quinzaine de soldats au Burkina.
Débuté le 27 février dernier, à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, l’exercice multinational Flintlock 2017, s’est achevé le jeudi 16 mars 2017, au Camp général Bila Zagré à Kamboincin. Cette cérémonie de Clôture a été placée sous la présidence du ministre de la défense nationale et des anciens combattants, Jean Claude Bouda. Après trois semaines de formation, les 50 stagiaires sont prêts à accomplir leur mission.

Après trois semaines d’entraînements intensifs à l’exercice multinational Flintlock, avec le détachement opérationnel Alpha Team 3116 au Camp général Bila Zagré de Kamboincin, les commandos de la 1ère région militaire sont en fin de formation. La cérémonie de clôture s’est déroulée, le jeudi 16 mars 2017, en présence du ministre de la défense nationale et des anciens combattants, Jean Claude Bouda, du chef d’état-major général des armées, Oumarou Sadou et de l’ambassadeur des USA au Burkina Faso, Andrew Young. Des manœuvres en petites unités, aux séances de tir en passant par l’entraînement au combat en zone urbaine, les soldats ont acquis, durant ces quelques jours, des savoir-faire fondamentaux, en phase avec les défis sécuritaires. Dès l’entame de son propos, le ministre de la défense et des anciens combattants, Jean Claude Bouda, a salué les partenaires américains qui ont initié cet exercice et qui l’ont conduit de bout en bout. Il n’a pas manqué de saluer les partenaires néerlandais qui ont participé à cet exercice à Bobo. M. Bouda a tenu à rappeler que cet exercice permet de renforcer les capacités des armées dans la lutte contre le terrorisme et les trafics illicites de tous genres. «Aussi permet-il d’outiller nos hommes à répondre efficacement, aux crises sous-régionales et régionales, à travers l’interopérabilité de nos forces», a-t-il ajouté. Dans le contexte sécuritaire actuel, le ministre pense qu’un tel exercice vient à point nommé. En effet, il explique que les récentes attaques terroristes qu’a subies le pays au Nord, démontrent l’impérieuse nécessité de doter les forces armées nationales de capacités opérationnelles à même de venir à bout du fléau du terrorisme. «Flintlock répond justement, à cette nécessité, à travers les modules qui ont été enseignés à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, pendant ces trois semaines de formation intensive», a-t-il fait savoir. De son avis, l’exercice Flintlock vient montrer une fois de plus l’importance de la coopération entre Etats pour vaincre les organisations extrémistes violentes. Il reste convaincu que la clé de réussite dans cette lutte contre les terroristes reste le partage d’informations, l’implication des méthodes de travail, ainsi que les échanges d’expériences. «C’est fort de cette conviction que je salue la participation des pays respectifs des armées sœurs du Cameroun, du Maroc, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et de la Tunisie à l’exercice Flintlock 2017. Ce qui démontre, si besoin en était encore, l’importance d’un tel exercice pour nos armées», a mentionné le ministre Bouda. C’est pourquoi, il a tenu à rappeler la disponibilité des forces armées nationales burkinabè à renforcer la collaboration avec les armées des pays amis, afin qu’ensemble, ils arrivent à bout du terrorisme qui constitue aujourd’hui, une préoccupation majeure. Tout en remerciant le Burkina Faso d’avoir accepté abriter cet exercice, l’ambassadeur américain, Andrew Young, a quant à lui, indiqué que la seule façon de vaincre la menace terroriste est de travailler ensemble comme les Burkinabè savent le faire. «Par leur dévouement et leur haute motivation quotidienne, ils ont démontré un profond désir d’apprendre», souligne M. Young. Et de renchérir «j’ai la conviction que les soldats, ici présents, apporteront une grande contribution à l’édification de la sécurité régionale et je les remercie de leur dévouement à répondre à cette menace ». L’exercice multinational Flintlock 2017, selon le diplomate américain, illustre leur partenariat et leur engagement à travailler avec le Burkina Faso, afin d’être préparé aux différents défis sécuritaires. Des attestations ont été remises aux cinquante (50) stagiaires qui ont pris part à cette formation. Puis, une démonstration exécutée par ces derniers est venue mettre fin à la cérémonie de clôture de l’exercice multinational Flintlock 2017 .

Pélagie OUEDRAOGO

Publicité Publicité

Commentaires

Publicité Publicité