Burkina: la gratuité des soins, une mesure forte prise en 2016

| 31.12.2016 à 00h00
Réagir
Dr Smaïla Ouédraogo - Ministre de la Santé
© DR — Autre Presse
Dr Smaïla Ouédraogo - Ministre de la Santé
Ouagadougou - Le lancement de la gratuité des soins sanitaires chez les enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes a été l’une des premières mesures fortes prises par le gouvernement burkinabè au profit des populations, au cours de l’année 2016 qui s’achève.


Il s’agit de la mise en exécution de l’une des promesses du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, lors de la campagne présidentielle de novembre 2015.

Ainsi, deux mois après l’installation de l’exécutif, la mesure a été d’abord annoncée courant mars par le ministre de la Santé Smaïla Ouédraogo, au cours d’une conférence.

Quelques semaines plus tard, le 2 mai 2016, à Djibo, région du Sahel, intervenait le lancement officiel par le Premier ministre (PM) Paul Kaba Thiéba de l’opération dont le but est de «soulager les populations».

Elle a débuté dans trois régions (Centre, Hauts-Bassins et Sahel) dont les chefs-lieux sont respectivement Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Dori, avant de s’étendre à tous les centres de santé du pays, à partir de juin 2016.

Selon le bilan dressé à mi-parcours, cette gratuité a permis de prendre en charge 696.392 enfants de moins de 5 ans, 120.903 femmes enceintes, de réaliser 61.004 accouchements et 1.965 césariennes.

L’effectivité de la gratuité des soins au profit des enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes au Burkina Faso est brandie comme une action inédite et un point fort de la première année du pouvoir de Roch Kaboré.

De leur côté, les populations burkinabè ainsi que les observateurs de la vie nationale sont pratiquement unanimes à reconnaître que la mesure a une portée sociale réelle.
Néanmoins, des difficultés ont été enregistrées au cours de la mise en œuvre de la mesure.

Il s’agit, entre autres, de la rupture des stocks de médicaments et de la charge de travail des acteurs, surtout les agents de santé.

ALK/cat/APA

Commentaires

+ à lire