Le ministre en charge de la fonction publique : « la satisfaction du point concernant le statut autonome sera tout simplement impossible car la constitution ne le permet pas »

| 19.05.2017 à 00h04
Réagir
Clément Pengdwendé Sawadogo - Ministre de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale
© DR / Autre Presse
Clément Pengdwendé Sawadogo - Ministre de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale
Le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Clément Pengdwendé Sawadogo en compagnie de ses collègues en charge de la communication, Rémis Fulgance Dandinou et de la déléguée auprès du ministre en charge de l’économie, Edith Clémence Yaka, a animé un point de presse ce jeudi 18 mai 2017 à Ouagadougou. Il a réagit par rapport à la grève du Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina (SATB).

C’est à travers les médias que le gouvernement et le syndicat des agents du trésor public ont décidé de trouver une solution au bras de fer qui les oppose. En effet après la sortie médiatique du Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina (SATB) le mercredi 17 mai 2017, au cours de laquelle il a communiqué sur la grève qu’il a initié depuis une dizaine de jours maintenant ; c’est au tour du gouvernement de rentrer dans la danse. Le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Clément Pengdwendé Sawadogo en compagnie de ses collègues en charge de la communication, Rémis Fulgance Dandinou et de la déléguée auprès du ministre en charge de l’économie, Edith Clémence Yaka, étaient tous les trois face à la presse ce jeudi 18 mai 2017. Bien évidemment c’est la grève du SATB qui était le seul point inscrit à l’ordre du jour. Le ministre en charge de la fonction publique, avant de rentrer dans le vif du sujet, a rappelé l’objet de la grève qui se résume à la satisfaction d’une plateforme revendicative soumise au gouvernement et qui comporte 19 points. De manière synthétisée, il les a regroupés en deux grands points. Le premier est constitué de l’octroi d’un statu autonome aux agents du trésor, l’adoption d’un plan de promotion et l’amélioration substantielle des conditions de rémunération de toutes natures : régime indemnitaire, primes, fonds communs, dotation de carburant, etc. Le second point se résume à l’amélioration des conditions de travail par l’accroissement des dotations des services en matériel, l’opérationnalisation des 45 trésoreries provinciales, le renforcement de la sécurité, l’affection d’agents pour renforcer les postes comptables des ambassades, etc.

Les négociations pour la satisfaction de la plateforme sont en cours

Si on en croit le ministre Clément Pengdwendé Sawadogo, afin de donner une suite à cette plateforme, le gouvernement a engagé des négociations avec le SATB avant même le début de la grève. Il reconnait que les négociations n’ont pas encore abouti à une conclusion, cependant elles se poursuivent tout de même a-t-il soutenu. Pour preuve, le gouvernement a déjà annoncé au syndicat qu’il prendrait des mesures énergétiques pour l’amélioration des conditions de travail sur tous les axes cités dans la plateforme fois du ministre. Il souligne également que pour ce qui est des traitements et autres avantages servis aux agents, là aussi l’exécutif est disposé à apporter des améliorations là où cela est possible, tout en respectant les principes de cohérence et d’équilibre dans la gestion des personnels de l’Etat. C‘est donc là que la mésentente entre les différentes parties naît ; car le gouvernement a expliqué au syndicat qu’il se trouve dans l’impossibilité pour des raisons objectives de donner satisfaction à certains points de la plateforme comme entre autres : le statut autonome et l’augmentation du taux d’indexation du fonds commun sur la trésorerie nette selon le ministre. Selon ses explications, la satisfaction du point concernant le statut autonome sera tout simplement impossible car la constitution ne le permet pas. Il a rappelé aux agents en grève, qu’ils ont été recrutés sous la forme d’un statut général et cela est valable pour les autres corps de l’Etat a-t-il soutenu.

Si on se réfère aux informations fournies par le secrétaire général de la fonction publique, sur les 19 points qui constituent la plateforme revendicative du syndicat, 9 ont fait l’objet de consensus, 6 sont toujours en discussion et 4 font l’objet d’un blocage. Au regard de cette situation, le gouvernement par la voix du ministre en charge de la fonction pense avoir fait des efforts manifestes dans un contexte économique fragile. C’est donc avec surprise que le principal conférencier du jour a appris l’annonce faite par le syndicat, d’autres mouvements dans les semaines à venir, malgré les efforts manifestes faits par le gouvernement et surtout malgré que les négociations soient toujours en cours a-t-il confié. Estimant que ces grèves paralysent le fonctionnement du trésor public, le premier responsable de la fonction publique a voulu jouer balle à terre. Il a en effet invité le SATB à plus de compréhension et de retenu, en invitant par la même occasion les agents du trésor public à la reprise du travail. D’après lui, le dialogue social reste la clé pour trouver des solutions aux préoccupations des travailleurs et celles de toutes les composantes de la société. Le même appel a été lancé à l’endroit de l’ensemble du monde syndical du Burkina.

Edoé MENSAH

Publicité Publicité

Commentaires

Publicité Publicité