Fada N’Gourma : Des conseillers déplorent à nouveau la gouvernance du maire Louari

| 03.01.2017 à 00h02
Réagir
Fada N’Gourma, 15 juillet 2016 - Le nouveau maire de la commune de Fada, Jean-Claude Louari s’est dit vendredi, «ouvert au dialogue et à la concession», après ‘’la démission’’ de 51 conseillers, mécontents du fait qu’aucune commission ne soit présidée par l’opposition. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
© DR / Autre Presse
Fada N’Gourma, 15 juillet 2016 - Le nouveau maire de la commune de Fada, Jean-Claude Louari s’est dit vendredi, «ouvert au dialogue et à la concession», après ‘’la démission’’ de 51 conseillers, mécontents du fait qu’aucune commission ne soit présidée par l’opposition. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
Fada N’Gourma - Des ‘’ex-démissionnaires’’ du Conseil municipal de Fada-N’Gourma, ont reproché au maire Jean-Claude Louari, son «envie vorace» de diriger la commune «sans contre-pouvoir», suite à son refus de les réintégrer après une médiation des autorités morales de la région.


Les conseillers municipaux de l’opposition rejettent l’idée du maire de Fada-N’Gourma Jean Claude Louari de remplacer les conseillers titulaires (démissionnaires) par les suppléants, en opposition à toutes les démarches de médiation entamées par des personnalités coutumières et religieuses de la cité de Yendabli.

C’est l’information a été apportée aux hommes de medias le jeudi 29 décembre 2016 dans la cité de Yendabli.

«Nous rentrons dans une instabilité de Fada-N’Gourma et l’opposition politique va entreprendre des actions pour se faire entendre » a clamé le député (UPC), Ludovic Thiombiano, principal conférencier du jour.

Ils imputent au «maire de stratégies malicieuses ourdies visant à protéger des intérêts égoïstes soutenus par une envie vorace de gérer sans contre-pouvoir ».

Ces conseillers municipaux de l’opposition (CDP et UPC) prennent toutes les personnes ressources de la médiation à témoin, du fait de l’épuisement de tous les recours à l’amiable et s’inquiètent d’une menace à la cohésion sociale.

Les conférenciers du jour ont en outre attiré l’attention de l’autorité administrative, du fait qu’aucun conseil municipal ou un maire ne peut en sa qualité, déchoir une décision du conseil d’Etat, sans passer par le conseil des ministres en toute connaissance de la hiérarchie des normes juridiques appliquées.

C’est pourquoi, poursuit l’interlocuteur du jour, ils informent l’autorité que les conseillers titulaires exerceront pleinement leurs droits lors des prochaines sessions du conseil municipal, si aucune mesure du conseil des ministres ne leur est pas communiquée.

Ils invitent le maire Louari à revoir sa position, «faute de quoi ils se désengagent de tout problème qui surviendra »

Pour eux, «le maire a continué de jouer avec les acteurs de la médiation et ira jusqu’à prendre des prérogatives relevant de l’autorité de tutelle et du conseil d’Etat pour suspendre la participation des conseillers de l’opposition aux activités du conseil municipal».

Pis, «Le maire et son conseil municipal se sont donc arrogés le droit au dernier conseil du 15 au 17 Décembre 2016 de démettre tous les conseillers titulaires malgré l’intervention de sa majesté Kulpiendili, Roi du gulmu, du grand Iman de Fada, de l’Evêque de l’Eglise catholique et du président des pasteurs Mr Thiombiano Lamoudi qui espéraient par leur médiation, une réconciliation des fils et filles du Gulmu», poursuit M. Thiombiano.

En rappel, en début juillet 2016, 51 conseillers titulaires et 94 suppléants ont démissionné du nouveau conseil municipal sous la supervision du cabinet d’huissiers Me Alexis Ilboudo, pour protester contre l’absence de l’opposition dans la présidence de toutes les commissions.

Quelques jours plus tard, des conseillers annoncés comme démissionnaires, se sont déclarés étrangers à cette décision.

S’en suivra des démarches de médiation pour éviter une délégation spéciale à la commune de Fada-N’Gourma.

Agence d’Information du Burkina
mc/ata

Publicité Publicité

Commentaires

Publicité Publicité