Le G5 Sahel a besoin de 10 milliards d'euros pour sa stratégie globale de défense et de développement

| 21.12.2016 à 00h00
Réagir
Najim Elhadj Mohamed - Secrétaire permanent du G5 Sahel
© G5 Sahel
Najim Elhadj Mohamed - Secrétaire permanent du G5 Sahel
Les besoins du G5 Sahel (Burkina Faso, Niger, Tchad, Mali et Mauritanie) pour la mise en œuvre de sa stratégie globale de défense et de développement s'élèvent à dix milliards d'euros, a indiqué lundi son secrétaire permanent Najim Elhadj Mohamed.


Le groupe a estimé pouvoir obtenir ce financement auprès de ses partenaires techniques et financiers pour la centaine de programmes de développement et de sécurité prévus, a-t-il précisé lundi à l'issue d'une réunion à Nouakchott avec ses partenaires techniques.

Le G5 a été créé en 2014 à une période où les Etats du Sahel étaient confrontés au problème du sous-développement, dans un contexte marqué par les menaces de la sécheresse et du terrorisme, a-t-il rappelé.

"Aucun Etat du Sahel, dont les pays sont immenses par leurs étendues, ne peut faire face individuellement à cette menace terroriste. Pour cela, nous avons voulu être ensemble pour agir dans le cadre d'une stratégie globale de développement et de sécurité", a souligné M. Mohamed.

S'agissant des réalisations de son groupe, il a cité la mise en place d'une plate-forme d'échange de renseignements et d'informations et la création d'établissements pour former un système unifié des cadres des différentes armées.

"Nous comptons également mettre en place une compagnie aérienne dénommée Air Sahel avec un financement de 500 millions de dollars obtenus auprès de la Banque africaine de développement", a-t-il ajouté.

Selon le général Mohamed Znagui Ould Sid'Ahmed Ely, expert en défense et sécurité au sein G5 Sahel, les pays membres comptent prendre des mesures sur quatre axes principaux, à savoir la formation des hommes, l'échange de renseignements, le renforcement des moyens des armées et le développement de l'infrastructure sécuritaire. Ils entendent également mettre en place cinq groupes d'intervention rapide.

Enfin, il a souligné qu'il n'y avait plus d'occupation de territoire par des djihadistes et que les armées travaillaient ensemble pour faire face aux situations dont elles ont hérité depuis la création du G5 Sahel.

Les pays du G5 Sahel coopèrent étroitement avec les puissances occidentales engagées dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel, notamment la France et les Etats-Unis.

Publicité Publicité

Commentaires

Publicité Publicité