Téléphonie mobile: la formation des compétences, une priorité pour Orange/Burkina

| 20.03.2017 à 00h02
Réagir
Jeudi 16 mars 2017 - Orange a annoncé jeudi après-midi le lancement de sa marque au Burkina-Faso, moins d'un an après la finalisation du rachat d'Airtel, une opération menée conjointement avec Orange Côte d'Ivoire. Située sur l’avenue Sangoulé Lamizana, à proximité du siège de Orange Burkina Faso, la boutique relookée a également ouvert ses portes à ses premiers clients de marque, après la coupure symbolique du ruban faite en présence de Bruno Mettling, directeur général adjoint du groupe Orange et Président directeur général (P-DG) d’Orange Afrique et Moyen Orient, et de Hadja Fatimata Ouattara, ministre burkinabè du Développement de l’économie numérique et des Postes. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
© Orange Burkina
Jeudi 16 mars 2017 - Orange a annoncé jeudi après-midi le lancement de sa marque au Burkina-Faso, moins d'un an après la finalisation du rachat d'Airtel, une opération menée conjointement avec Orange Côte d'Ivoire. Située sur l’avenue Sangoulé Lamizana, à proximité du siège de Orange Burkina Faso, la boutique relookée a également ouvert ses portes à ses premiers clients de marque, après la coupure symbolique du ruban faite en présence de Bruno Mettling, directeur général adjoint du groupe Orange et Président directeur général (P-DG) d’Orange Afrique et Moyen Orient, et de Hadja Fatimata Ouattara, ministre burkinabè du Développement de l’économie numérique et des Postes. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
Après le lancement officiel de Orange au Burkina Faso, les responsables de la société de téléphonie mobile ont été reçus vendredi 17 mars 2017 par le président de l’Autorité de régulation électronique et des postes (Arcep).

Après la ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes et le Premier ministre, c’était au tour du président de l’Arcep de recevoir Bruno Mettling, Président directeur général du groupe Orange Afrique et Moyen Orient et sa suite. Les échanges ont essentiellement porté sur la tarification, la qualité des services et le respect du cahier de charge par Orange au Burkina Faso.

Le régulateur de la téléphonie mobile au Burkina s’est montré très attentif à la formation de personnes qui exercent dans ce secteur d’activité. Tontama Charles Millogo, président de l’Arcep, considère que «le développement des compétences dans le secteur de la communication est un élément clé en termes d’emploi».

Conformément à ses engagements, Ben Cheick Haïdara, le directeur général de Orange/Burkina a précisé les efforts de formation de l’entreprise qu’il dirige. «Nous sommes conformes à nos engagements en termes d’emploi», a indiqué M. Haïdara.
Pour sa part, Bruno Mettling a ajouté que «le modèle Orange est un modèle très attentif à disposer de formations de manière à ce que le Burkina dispose de l’ensemble des compétences requises pour exercer cette activité».

L’arrivée de la 4G est aussi une préoccupation majeure pour Orange. «Je suis frappé par les attentes sur l’arrivée de la 4G au Burkina. Nous rassurons la disponibilité et la mobilisation de Orange pour que la 4G puisse arriver le plus rapidement possible comme l’attend tout le pays», a ajouté M. Mettling à sa sortie d’audience.

C’est donc un partenariat gagnant-gagnant entre Orange et le Burkina qui entendent mutualiser désormais leurs forces pour le développement de l’économie numérique au Burkina. Orange entend mettre son expérience au service du Burkina et le Burkina s’engage aussi à travailler avec Orange dans l’atteinte des objectifs respectifs.

Publicité Publicité

Commentaires

Publicité Publicité