Assainissement de l’eau : l’ONEA introduit 4,5 millions de larves de poissons dans le barrage de Ziga

| 28.12.2016 à 00h01
Réagir
Assainissement de l’eau : l’ONEA introduit 4,5 millions de larves de poissons dans le barrage de Ziga
© DR / Autre Presse
Assainissement de l’eau : l’ONEA introduit 4,5 millions de larves de poissons dans le barrage de Ziga
L’office national de l’eau et de l’assainissement(ONEA) a procédé ce mardi 27décembre 2016, au lancement de la campagne de lutte biologique contre les conséquences de l’eutrophisation de l’eau du barrage de Ziga, à travers l’introduction de 4,5 millions de poissons locaux dans le barrage. Selon le directeur général de l’ONEA Arba Jules Ouedraogo, cette opération permettra de mettre à la disposition des consommateurs, comme d’habitude une eau de bonne qualité, mais également injectera environ 315 millions de FCFA dans l’économie locale.


Neya Augustin environnementaliste à l’ONEA indique que c’est dans l’objectif de la prévention que l’ONEA mène cette opération. Au cours de cette cérémonie, il a présenté une communication sur le développement des algues au niveau du lac du barrage de Ziga .Il relève que actuellement la lutte chimique seule ne suffit pas dans le traitement de l’eau. La lutte chimique connait une limite, il faut donc passer à la 3è vitesse qui est la lutte biologique, selon lui. Il précise que ces poissons sélectionnés après un travail de sept ans, ne mangent que les algues les plus dangereuses, qui sont nocives à la santé humaine, animale et aviaires. Après ce brillant exposé, direction barrage de Ziga pour l’introduction effective de ces 4,5milions des poissons locaux.

Arba Jules Ouedraogo soutient que c’est dans le souci de fournir de l’eau potable répondant aux normes internationales à la population, que l’ONEA avec l’appui de l’université Ouaga I professeur Joseph Ki Zerbo, et des laboratoires internationaux, a mis en place un système de suivi de la prolifération des algues nocives à l’eau .A en croire le directeur générale de l’ONEA, il s’agit de l’introduction sur la base de calcul scientifique de poissons locaux (planctonophages) qui utilisent ces algues comme nourriture essentielle pour leur fonctionnement et leur reproduction. Il confie en outre que des discussions scientifiques sont en cours afin d’envisager l’introduction d’autres espèces plus performantes dans la purification de l’eau avec le même objectif.

Une opération qui s’étendra sur l’ensemble des retenues d’eau à ciel ouvert exploitées par l’ONEA

Pour l’ONEA, cette opération en plus de fournir de l’eau potable, constitue un grand cadeau de fin d’année pour la population, car ces poissons pourront être péchés tous les 3 ans par la population riveraine, ce qui permettra d’injecter environ 315 milions de FCFA dans l’économie locale. Jules Ouedraogo explique cependant que cette opération sera renouvelée chaque 3 ans, et sa durabilité dépendra de deux facteurs. Il s’agit de l’engagement des pécheurs qui doivent réguler leurs mailles de pêche conformément aux textes en vigueur, et aussi de l’accompagnement des populations riveraines qui doivent veiller à l’exploitation des pêcheurs pour l’intérêt commun. « Au titre de l’année 2017, l’ONEA installera avec l’appui de la coopération danoise des barrages flottants destinés à la lutte contre les pollutions accidentels. » martèle-t-il.

Pour sa part, madame le gouverneur de la région du plateau centrale, Fatouma Benon félicite l’ONEA pour cette belle initiative « c’est une bonne nouvelle car cela permettra non seulement à la population d’avoir de l’eau potable, mais aussi s’il plait à Dieu d’ici 2020, nous pourrons pécher de 4 millions de poissons » indique-t-elle. Elle souligne cependant que chacun a un rôle majeur à jouer dans cette opération, c’est d’ailleurs pourquoi elle invite la population à œuvrer pour la protection de ce barrage qui est un bien commun à l’ensemble des burkinabè. Fatouma Benon renouvelle l’engagement de ses services techniques à accompagner cette activité.
Après le lancement de cette activité, s’en est suivie une visite de production de poissons planctonophages. Il faut noter que cette opération ne se limite pas à Ziga, elle s’étendra sur l’ensemble des retenues d’eau à ciel ouvert exploitées par l’ONEA.
.
Emilienne Kaboré

Publicité Publicité

Commentaires

Publicité Publicité