Réfection de la circulaire des Tansoaba : Officiellement inaugurée le 30 décembre

| 04.01.2017 à 00h04
Réagir
Le chantier du projet CU9 (Koupèla-Tenkodogo-Bittou-frontière du Togo), à reçu le vendredi 22 avril 2016, la visite du ministre des infrastructures, Éric W. Bougouma. Sur place, le ministre à constaté que les travaux avancent bien dans l'ensemble malgré quelques difficultés. M. Bougouma à exhorté l'entreprise à respecter les delais contractuels. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
© Ministère
Le chantier du projet CU9 (Koupèla-Tenkodogo-Bittou-frontière du Togo), à reçu le vendredi 22 avril 2016, la visite du ministre des infrastructures, Éric W. Bougouma. Sur place, le ministre à constaté que les travaux avancent bien dans l'ensemble malgré quelques difficultés. M. Bougouma à exhorté l'entreprise à respecter les delais contractuels. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
Le Ministère des infrastructures a procédé, le vendredi 30 décembre 2016, à l’inauguration de la rocade Sud-Est du boulevard des Tansoaba à Ouagadougou. Placée sous le patronage du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, cette route aller-retour, longue de 13km, aura coûté 1 079 177 011 de FCFA.


Emprunter de la rocade sud-est du boulevard des Tansoaba, communément appelé la circulaire ne sera plus un calvaire. En effet, depuis sa construction en 1990, ce tronçon, bien qu’ayant bénéficié de travaux d’entretien, était dans un état de dégradation très avancé. «C’est ainsi, que le gouvernement, à travers le Ministère des infrastructures, a entrepris des travaux de réfection, en vue de conforter la structure de la chaussée, rétablir les conditions de circulation et de sécurité, de contribuer à améliorer le bien-être et la productivité des habitants de la ville», a fait savoir le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba. Selon lui, les infrastructures, notamment les routes, occupent une place centrale dans le PNDES et c’est pour dire que la réalisation de cette route n’est qu’un prélude à tout ce qui va être fait en 2017, dans le cadre du budget national. «Il faudrait que tous les Burkinabè gardent confiance, car la réalisation de cette route prouve bien que toutes les priorités en matière d’infrastructures connaîtront un début d’élaboration», laisse-t-il entendre. Se prononçant sur la qualité des travaux, M. Thiéba n’a pas manqué d’exprimer son étonnement et sa satisfaction de ce bon travail qui s’est fait en moins de 2 mois. «Le don que le Japon a prévu pour l’aménagement de cette route est un acquis et dès lors qu’il sera débloqué, le financement sera utilisé pour renforcer, embellir cette route», soutient-t-il. Cette route, située dans la ville de Ouagadougou, traverse les arrondissements n°s5, 10 et 11, tout en desservant des types d’activités économiques et culturelles, tels que le musée national, le SIAO, la ZAD, la gare de la douane etc. Pour le président du groupe COGEB, Moctar Mando, entreprise qui a effectué les travaux, cette route est longue, en aller-retour, de 13km, car c’est une double voie. «Je peux vous assurer de la qualité de cette infrastructure, car les travaux ont été réalisés dans les règles de l’art, et rassurez-vous que cette route tiendra selon les normes requises pour ces genres de travaux appelés bicouches», a-t-il-dit. Et d’ajouter que pour ce travail, il est prévu un relais financé par le Japon, et par rapport à cela, la voie sera renforcée, des caniveaux seront aménagés, car l’assainissement est très important pour une route. Et avec ce financement, les travaux de bitumage passeront de bicouches en enrobés. En outre, cette route est censée tenir, au moins pendant 2 années.Le maire de la ville de Ouagadougou, Armand Béouindé, était aussi présent à cette inauguration et a exprimé sa satisfaction totale de ces travaux, car pour lui, cette voie de contournement, communément appelée la circulaire, est très importante pour la ville de Ouagadougou. «Elle permet aux camions qui entrent des différentes frontières d’atteindre Ouaga Inter et de continuer sur les autres villes», relève-t-il. Etant une voie de dispatching, elle était fortement endommagée, les usagers avaient du mal à la pratiquer, d’où beaucoup de plaintes. «Mais aujourd’hui, d’un bout à l’autre, on gagne à moitié de temps pour la parcourir, donc, nous sommes très satisfait de cette dynamique que le Ministère des infrastructures est en train de mettre sur les routes qui sont de sa compétence, c’est-à-dire les routes nationales, urbaines et qui profite vraiment à toute la commune de Ouagadougou», n’a pas manqué de souligner le maire.

Larissa KABORE

Commentaires