An I de Roch Kaboré / Infrastructures routières : Le programme présidentiel en marche

| 29.12.2016 à 00h01
Réagir
An I de Roch Kaboré / Infrastructures routières : Le programme présidentiel en marche
© DR / Autre Presse
An I de Roch Kaboré / Infrastructures routières : Le programme présidentiel en marche
Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a engagé dès l’entame de son mandat, un vaste programme de réalisation d’infrastructures routières, en vue de booster le développement socio-économique du Burkina Faso.


Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, est à pied-d’œuvre pour la mise en œuvre de son programme quinquennal. En effet, le chef de l’Etat burkinabè a donné le top de départ des travaux d’aménagement d’environ 5000 kilomètres de pistes rurales dans les treize régions du pays, le 25 octobre 2016 à Absouya dans la province de l’Oubritenga. Ce programme présidentiel, étalé sur cinq ans et dont la première phase concerne 1374,409 kilomètres répartis sur l’ensemble des régions, est une composante essentielle de l’axe 3 du Plan national de développement économique et social (PNDES). Et l’ambition affichée à travers ce programme est la réalisation d’infrastructures fiables, durables et accessibles permettant la transformation structurelle de l’économie burkinabè. « Je me suis engagé à faire en sorte que de 2016 à 2020, nous puissions aménager 5000 km de pistes rurales. Après avoir fait le tour du Burkina Faso, j’ai constaté que la question des routes et des pistes est essentielle pour le développement de notre pays, aussi bien sur le plan agricole pour le transport des produits d’une zone à l’autre, que sur le plan sanitaire. Comme vous le savez, nous en avons environ 46 000 km. Et ces pistes rurales se dégradent chaque fois que nous avons des saisons de pluies. Donc, il faut également initier l’entretien routier », a justifié le chef de l’Etat. Les infrastructures rurales, a-t-il appuyé, sont indispensables pour réduire la pauvreté, favoriser les échanges et la commercialisation des produits. Le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, a soutenu, que son département a élaboré un Programme national routier (PNR) couvrant la période 2016-2020. L’objectif principal du PNR, à l’entendre, est d’assurer une meilleure connectivité intérieure du pays, pour permettre une réduction des coûts de production et des pertes substantielles de produits agricoles périssables. Il importe aussi, à son avis, de garantir un meilleur accès aux marchés et aux services sociaux de base et aux centres touristiques.

2850 kilomètres de pistes rurales en 5 ans

Le programme de pistes rurales, a-t-il renchéri, contribuera à créer plus de 11 700 emplois au profit des jeunes et des femmes des zones de projet. Le coût total des travaux dans sa phase 2016 est estimé à 34, 5 milliards de francs CFA, d’après le ministre Bougouma.

En plus de la réalisation des pistes rurales, il y a le programme national de bitumage qui envisage bitumer en 5 ans, 2850 km de routes à travers le pays.

Un autre projet dans le domaine des infrastructures routières est le lancement officiel, le 16 septembre 2016, de la première phase des travaux de réfection de la rocade Sud-Est du boulevard des Tansoba, par le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba. Coût de l’investissement : 1 079 723 776 de francs CFA TTC. L’entreprise COGEB International est chargée de l’exécution des travaux de cette route longue de 6,5km, dans un délai de deux mois. Paul Kaba Thiéba a souligné que la politique de son gouvernement est également cohérente par rapport à la question de l’entretien des routes.

« C’est dans ce sens, que le gouvernement a décidé de créer le Fonds spécial routier qui va s’occuper de l’entretien des routes sur toute l’étendue du territoire. Déjà au titre du budget 2016, nous avons 20 milliards de F CFA à investir au titre de l’entretien routier et cet effort prendra plus d’ampleur en 2017 », a-t-il expliqué. Il y a également les travaux de construction de l’échangeur du Nord de la ville de Ouagadougou, qui ont commencé depuis le 26 novembre 2015, sous la Transition. C’est un grand projet d’aménagement de plusieurs échangeurs, jamais réalisé au Burkina. Un carrefour à l’intersection avec la Route nationale n°22 (avenue Paga Tenga) en échangeur de type « trompette », un carrefour central à 4 nœuds à anse, deux passages supérieurs sur la voie ferrée Ouaga-Kaya et des voies de délestage devant permettre le contournement, à travers les quartiers de Tampouy, Nonsin et Hamdalaye. L’objectif principal d’un tel aménagement est de décongestionner la circulation sur les axes routiers concernés dont la sortie Nord de la ville (RN2), notamment au niveau du pont de Baskuy, et de structurer le réseau de voiries urbaines de la ville.

Kowoma Marc DOH

Publicité Publicité

Commentaires

Publicité Publicité