FDE: un outil incontournable dans la mise en œuvre du PNDES et qui bénéficie de la confiance des PTF

| 04.01.2017 à 00h03
Réagir
Yacouba Camara - Directeur général du Fonds de développement de l’électrification (FDE)
© DR / Autre Presse
Yacouba Camara - Directeur général du Fonds de développement de l’électrification (FDE)
Dans le Plan de développement économique et social (PNDES) du président Roch Marc Christian Kaboré, l’électrification du pays tient une place importante. C’est pourquoi nous avons sollicité un entretien avec le Directeur général du Fonds de développement de l’électrification (FDE) pour en savoir plus sur les missions du Fonds et voir dans quelle mesure il peut participer à sortir le Burkina des ténèbres. En plus du fait que nous avons appris que le FDE épouse la vision du PNDES, nous avons appris énormément sur ce que c’est que le Fonds. Un entretien à bâtons rompus. Lisez plutôt.

Les Echos du Faso (LEF): A quelle date remonte les premières activités du FDE?

Yacouba Camara: Les premières activités remontent à 2004 avec le recrutement du personnel et le démarrage du processus pour l’électrification des localités pilotes. Il faut préciser que les missions essentielles dévolues au FDE sont les suivantes:

  • promouvoir une couverture équitable du territoire national en énergie électrique en développant l’électrification rurale;
  • contribuer à la mise en œuvre du plan national d’électrification pour ce qui concerne les zones rurales;
  • faciliter l’accès des populations rurales à l’électricité en servant de fonds de garantie et en intervenant sous forme de subvention dans les investissements ou sous forme d’appui aux études;
  • assurer le recouvrement des prêts alloués aux promoteurs;
  • rechercher des financements auprès des Partenaires Techniques et Financiers pour atteindre les objectifs fixés en matière de taux d’électrification rurale.

LEF: Comment le FDE est-il financé?

Yacouba Camara: Les sources de financement du FDE sont diversifiées. Conformément à l’article 14 des statuts du FDE, elles sont constituées par:

  • le prélèvement d’un montant de deux (2) F CFA sur chaque kWh vendu par la SONABEL aux consommateurs (Taxe de Développement de l’Electrification-TDE- fixée suivant les dispositions de l’article 29 de la loi de finance 033/2007/ AN du 6 décembre 2007);
  • les redevances versées par les bénéficiaires de concessions ou autorisations de l’électrification rurale;
  • des dons et les legs de toutes natures;
  • les contributions des partenaires au développement;
  • les pénalités pécuniaires;
  • d’autres sources autorisées par le ministère chargé des Finances.

LEF: Comment s’opère le choix des localités à électrifier?

Yacouba Camara: Les projets d’électrification rurale en quête de financement doivent remplir des critères de faisabilité technique, économique, financière et d’ancrage organisationnel local. Le choix des localités tient compte de la politique de planification du FDE qui obéit à deux principes essentiels:

Premièrement, la prise en compte de la planification nationale dans le domaine de l’électrification.

Deuxièmement, la considération des demandes d’électrification à lui adressées par les collectivités locales, les personnes physiques et morales.

En plus de ces deux principes, les critères suivants sont considérés:

  • la taille de la population;
  • le potentiel économique de la localité;
  • la présence de services administratifs et sociaux et d’infrastructures économiques de base;
  • la proximité à une ligne électrique ou à une centrale de production;
  • l’habitat;
  • l’accessibilité de la localité;
  • la possibilité de raccordement électrique des localités voisines à la localité;
  • la position limitrophe avec un pays voisin.

LEF: Quel bilan peut-on faire à ce jour de la mise en œuvre des activités du FDE?

Yacouba Camara: Le FDE compte aujourd’hui 210 localités électrifiées, après plus d’une décennie de mise en œuvre de la politique d’électrification rurale, dont 21 par kits solaires photovoltaïques (kits individuels, semi-collectifs et collectifs). Cette performance a été rendue possible grâce à la confiance que lui accordent l’Etat burkinabè et les partenaires techniques et financiers (PTF) dans sa capacité de mise en œuvre efficace des projets d’électrification rurale. Cette confiance de l’Etat a entrainé celle des bailleurs de fonds qui aujourd’hui, constituent les premières sources de financement d’envergure. A titre illustratif, depuis le démarrage des activités du FDE, les partenaires techniques et financiers ont permis l’électrification d’une centaine de localités,toutes technologies confondues (triphasé, câble de garde isolé, SWER, Solar Home Système, hybridation -centrale diesel/solaire), soit 47% du total des localités électrifiées par le FDE. A la suite des PTF, interviennent les réalisations au titre de la TDE, soit 28% du nombre total des localités électrifiées à ce jour. Quant à l’Etat, il a permis à travers les appuis budgétaires ponctuels, l’électrification de 38 localités, soit 25% de l’ensemble des localités électrifiées par le FDE.

Notons, par ailleurs, que la gestion de la plupart des localités électrifiées est laissée à la charge des Coopératives d’électricité (COOPEL) appuyées techniquement par des exploitants appelés « Fermiers ». En effet, les COOPEL sont des organisations faitières dont le fonctionnement et la constitution sont régis par les dispositions de la loi n° 014/99/AN du 15 avril 1999, portant réglementation des sociétés coopératives et groupements au Burkina Faso. Cette forme d’organisation pour la gestion des systèmes électriques constitue l’identité même de la politique d’électrification rurale et qui veut que les populations soient responsables de leur propre développement.

Après plus d’une décennie d’expérimentation, une évaluation de ce système coopératif a été réalisée par le bureau français Innovation Énergie Développement (IED) dans le cadre de l’exécution du Projet Electricité pour le Sahel (ELSA), cofinancé par le FDE et l’Union européenne. L’objectif visé est d’évaluer les performances de l’approche coopérative d’électricité, dans le but de permettre une gestion efficiente des systèmes électriques des localités rurales électrifiées.

LEF: Quelle place accordez-vous aux énergies renouvelables?

Yacouba Camara: Les énergies renouvelables constituent une des options pour la réalisation des objectifs en matière d’accroissement de l’offre électrique. Pour cette raison, l’énergie solaire occupe aujourd’hui une place importante dans tous les projets d’électrification et particulièrement dans les projets d’électrification rurale. Après une expérience réussie dans le mix énergie en 2011, le FDE est depuis maintenant plus de 5 ans, résolument tourné vers les énergies renouvelables. Les premières réalisations de systèmes hybrides type économiseur de carburant (fuel saver), ont concernées les localités de Déou (11,7 kWc), Markoye (11,7 kWc) et Seytenga (15 kWc), dans la Région du Sahel. Des kits solaires photovoltaïques individuels, semi-collectifs et collectifs ont aussi été distribués dans 21 villages à travers le pays. Dans cette perspective, plusieurs autres projets à prépondérance solaire sont en cours de réalisation ou en projet.

En ce qui concerne les projets en cours de réalisation, il s’agit notamment:

Du Projet d’accès aux services électriques (PASEL I & II) financé par la Banque Mondiale

L’objectif global visé par le PASEL est de renforcer l’offre et la sécurité de l’approvisionnement en électricité, d’accroître l’accès des populations rurales à l’électricité, d’assurer une meilleure utilisation de l’énergie électrique, de renforcer et d’améliorer la gestion du sous secteur de l’électricité.

La composante 2 du projet qui est mise en œuvre par le FDE vise l’électrification de 207 localités par la réalisation de liaisons interurbaines classiques (triphasées) ou câbles de garde, l’hybridation de centrale diésel, la construction de centrales hybrides avec mini réseaux électriques, la construction de plateformes multifonctionnelles avec mini réseaux électriques. Cette composante bénéficie d’un financement de 51, 88 millions de dollars US, soit 26 199 400 000 F CFA.

A terme, plus de 13 000 ménages seront raccordés permettant à plus de 85 000personnes de bénéficier de façon directe du service électrique. De même, des structures administratives, communautaires, culturelles, éducatives et sanitaires seront raccordées. Ce projet est en cours de réalisation. La Banque Mondiale vient d’émettre son avis de non objection, ce qui a permis de lancer le DAO pour le recrutement des entreprises qui exécuteront les travaux d’électrification de 79 localités.Il est à noté que le FDE a été magnifié par la Banque Mondiale pour son efficacité dans la conduite de cette composante.

Du Projet Electricité pour le Sahel (ELSA) financé par la facilité II de l’Union Européenne

D’un coût estimé à deux milliards quatre cent quatre millions deux cent quarante mille (2 404 240 000) FCFA, ce projet est conduit en partenariat avec le bureau Innovation Energie Développement (IED). Il a permis d’électrifier 36 localités dans la région du Sahel et de construire une centrale hybride Diesel/PV dans la localité de Sebba qui permettra, outre Sebba, d’alimenter 16 autres localités, dont l’électrification a été exécutée dans le cadre dudit projet.

Du projet d’électrification rurale décentralisée des Provinces du Ziro et du Gourma (ERD ZIGO)

Ce projet a été formulé afin d’apporter des solutions appropriées durables et respectueuses de l’environnement, au faible taux d’accès aux services énergétiques modernes dans les zones urbaines, périurbaines et rurales.

Le choix des deux (2) zones d’intervention se justifie par l’importance de la biomasse et des opportunités de développement de technologies basées sur la valorisation des énergies renouvelables.

D’un montant de sept milliards cent trente-six millions cent cinquante mille neuf cent cinquante-cinq (7 136 150 955) F CFA, son financement est assuré par l’Union Européenne à hauteur de 71,64 %, l’Etat burkinabè à travers le FDE pour 27,57 % et les collectivités territoriales concernées -Matiacoali, Cassou, Gao, Dalo, Bougnounou- pour 0,79 %). Les contributions des collectivités sont faites en nature et en espèce. Le DAO pour le recrutement des entreprises qui exécuteront les travaux a été lancé courant décembre 2016.

Du financement du Conseil de l’Entente

Un premier financement a permis d’électrifier la localité de Sampopo dans la province de la Kossi par l’installation de plus de trois cent cinquante (350) kits solaires individuels et collectifs de type «Solar Home Systems», ainsi qu’un dispositif d’éclairage public.Le coût total du projet est de 40 millions de francs CFA.Un deuxième financement permettra l’électrification dans les mêmes conditions de la localité de Soungaledaga 2, dans la province du Houet.

Du Projet d’électrification rurale décentralisée par énergies renouvelables sur financement de la Banque Islamique de Développement (BID)

Le financement de ce projet d’un montant de 12 millions de dollars US est assuré par un prêt à l’Etat burkinabè sur le Fonds de Solidarité Islamique pour le Développement (FSID). Ce projet permettra l’accès à l’électricité à plus de 4 500 ménages en Année 1 et l’électrification de quarante et une (41) localités dans six (06) régions du Burkina Faso avec une prépondérance pour l’énergie solaire.La BID a déjà donné son avis de non objection concernant la demande de propositions pour le recrutement du consultant qui sera chargé de la supervision des travaux. Les DAO sont en cours de soumission à la banque pour son avis de non objection.

En ce qui concerne les autres projets, il s’agit:

Du Projet d’électrification de la localité de Gori

D’un montant de cent soixante millions (160 000 000) F CFA, il est porté par l’ONG Tin Twa avec un cofinancement du FDE et du Centre de la CEDEAO pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (ECREE) à travers son mécanisme de la facilité énergie. Il s’agit d’un projet d’électrification pilote par hybridation d’une plate-forme multifonctionnelle à Gori dans la commune de Piéla, province de la Gnagna.

Du projet IRENA.

Il s’agit d’un financement que l’Agence Internationale pour les Energies Renouvelables (IRENA) a accordé au FDE, à la suite d’un appel à projet. La qualité et la pertinence du dossier du FDE ont permis sa sélection.

Le projet s’inscrit dans une approche pragmatique, en proposant des technologies appropriées et efficaces pour chaque type d’utilisateur final. A titre d’exemple, pour les localités à fortes activités commerciales et à forte densité de population,les mini-réseaux électriques comportent des avantages techniques et économiques certains, comparés à l’extension de réseaux ou aux kits solaires. En revanche, pour les populations disséminées, les kits solaires constituent la solution la plus efficace.

D’un cout global de 16 millions de dollars US, le projet a reçu l’approbation finale de l’Assemblée Générale de IRENA au cours de sa sixième session qui s’est tenue à Abu Dhabi, le 17 janvier 2016, pour un financement à hauteur de 10 millions de dollars et le reste du financement,soit 6 millions, sera supporté par la contrepartie nationale.

C’est un projet qui permettra l’électrification de 42 localités par des mini-réseaux, des extensions de réseaux, des kits solaires et des systèmes solaires photovoltaïques. Le projet est en adéquation avec les objectifs nationaux, en termes d’extension de l’accès à l’électricité moderne à travers le pays et de promotion des énergies renouvelables. Il permettra d’approvisionner en énergie plus de 12400 ménages ruraux, des commerces et des centres communautaires.

Des retombées sont attendues pour les communautés locales, en termes d’amélioration des conditions de vie, d’accès aux services d’éducation et de santé.

Le projet permettra le développement d’activités génératrices de revenus et contribuera à stimuler une croissance économique inclusive. L’on peut citer, entre autres, l’amélioration des conditions de vie et d’études des enfants scolarisés, l’amélioration des conditions de travail dans les formations sanitaires, la réduction de la pénibilité des travaux des femmes.

LEF: Quelle est la contribution du FDE à l’atteinte des objectifs fixés par le programme présidentiel et quelle est sa part dans les projets du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES)?

Yacouba Camara: Les principaux enjeux pour les 5 années que couvre le second Contrat- Plan État-FDE sur la période 2016-2020, s’inscrivent, au titre du cadre juridique, en droite ligne de la réalisation du Plan national de développement économique et social (PNDES).

Au titre des objectifs à atteindre d’ici à 2020, il s’agit de contribuer à améliorer le taux d’électrification nationale par l’électrification d’au moins 500 nouvelles localités, conformément au projet de société du Président du Faso, traduit dans le PNDES. Le FDE s’emploiera à renforcer le plaidoyer pour l’élargissement des interventions des PTF et pour le financement durable des investissements dans le domaine de l’électrification rurale.

LEF: Quelles sont les perspectives du FDE pour 2017

Yacouba Camara: Après tout ce qui a été relevé sur les réalisations du FDE, vous pouvez noter la multitude de partenaires techniques et financiers qui accompagnent le FDE et aussi la variété des technologies d’électrification mises en œuvre dans nos projets. Ceci est une marque de reconnaissance du rôle joué par le FDE dans le domaine de l’électrification rurale.Le FDE a été félicité et encouragé à maintes reprises par ces partenaires et c’est pourquoi l’année 2017 va voir une montée en puissance du FDE dans l’électrification rurale.

L’année 2017 sera une année charnière pour le FDE avec l’engagement de travaux d’électrification dans plus de 250 localités, toutes sources de financement confondues (Banque Mondiale, Union Européenne, TDE, Appui budgétaire de l’Etat, Conseil de l’Entente, BID). Ce qui permettra au FDE de doubler le nombre de localités électrifiées d’ici à 2018.

Le FDE envisage introduire au cours de l’année 2017 un modèle à prépaiement de kits solaires individuels de nouvelle génération.

A la faveur de la grande mobilisation des partenaires techniques et financiers pour la mise en œuvre du PNDES, le FDE soumettra bientôt des requêtes de financement qui sont essentiellement orientées vers l’accès aux services électriques à base des énergies renouvelables conformément à la vision du gouvernement.

Toutes choses qui permettront d’ici à 2020 de relever le défi de l’accès aux services électriques de plus d’un million de ménages qui est l’objectif de programme présidentiel de son Excellence le Président Roch March Christian KABORE.

Entretien réalisé par Hidogo

___

Le FDE magnifié par les Partenaires Techniques et Financiers

La mise en œuvre de la composante 2 du Projet d’Accès aux Services Electriques (PASEL), est l’une des activités marquantes du FDE en cours. En effet, il s’agit d’électrifier 207 localités. Les résultats déjà atteints, dans la première phase qui concerne 40 localités, valent au FDE d’être magnifié par la Banque Mondiale et d’être félicité par le Comité de pilotage du PASEL lors de sa session du 21 décembre dernier. Cette marque de reconnaissance des performances du FDE est à mettre à l’actif du Directeur Général, Yacouba CAMARA, qui depuis son installation en janvier 2015, a su impulser un dynamisme dans la conduite des activités. Actuellement, un dossier d’électrification de 79 localités a été publié pour le recrutement des entreprises, avec l’avis de non objection de la Banque Mondiale. Aussi, un nouveau dossier d’électrification de 70 autres localités est en cours de soumission pour recueillir son avis de non objection avant le lancement. En rappel, l’objectif global visé par le PASEL est de renforcer l’offre et la sécurité de l’approvisionnement en électricité, d’accroître l’accès des populations rurales à l’électricité, d’assurer une meilleure utilisation de l’énergie électrique, de renforcer et d’améliorer la gestion du sous secteur de l’électricité.

Hidogo

Commentaires