Commémoration de la fête de l’indépendance à Kaya : Les festivités ont été un franc succès

| 15.12.2016 à 00h00
Réagir
Commémoration de la fête de l’indépendance à Kaya : Les festivités ont été un franc succès
© DR / Autre Presse
Commémoration de la fête de l’indépendance à Kaya : Les festivités ont été un franc succès
La cérémonie officielle de la commémoration du 56eme anniversaire de la fête de l’indépendance du Burkina Faso s’est déroulée le dimanche 11 décembre 2016 à Kaya, chef-lieu de la région du Centre-nord. Le moins que l’on puisse dire est que les festivités placées sur le thème : « Démocratie, défis sécuritaires et progrès économique et social » ont été un franc succès.


A l’unisson, les fils et les filles de la Nation, venus de toutes les 13 régions et de toutes les couches sociales se sont donnés rendez-vous, le dimanche 11 décembre 2016, à Kaya, chef-lieu de la région du Centre-nord et ce, à la faveur de la cérémonie officielle de la célébration du 56eme anniversaire de l’accession du Burkina Faso à la souveraineté nationale et internationale.

L’évènement a été ponctué de plusieurs actes dont la revue de troupe effectuée par le Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, la prestation d’une troupe traditionnelle venue de Kongoussi et par la grande parade civile et militaire dans ses volets montés, à pieds, aériens et motorisés qui a réuni 5 000 défilants dont 2 000 militaires et 3 000 civils.

Les populations du Centre-nord, sortis nombreuses n’ont pas voulu se faire conter cette cérémonie solennelle riche en son, en couleur et en émotion et qui fut un franc succès.
A la fin de la parade, le Président du Faso a salué tous les défilants, les populations de la région du Centre-Nord pour la mobilisation ainsi que la presse et tous ceux qui ont œuvré à la réussite des festivités.

Et le Président KABORE d’ajouter : « C’est la première année du renouveau démocratique de notre pays. Nous devons être fiers d’avoir procédé à cette célébration. Je souhaite à tous les Burkinabè et à tous ceux qui vivent au Burkina Faso une bonne célébration de la fête de l’indépendance et que Dieu nous donne la force et la santé de bâtir ensemble dans l’unité notre pays pour que nous nous retrouvions en 2017 avec la même ferveur et la même détermination ».

Les festivités ont connu la présence de plusieurs personnalités dont le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, le Président de l’Assemblée nationale, Salifou DIALLO, le Président du Conseil constitutionnel, Kassoum KAMBOU, l’ancien chef d’Etat, Jean-Baptiste OUEDRAOGO (originaire de la localité), l’ancien chef d’Etat guinéen, Moussa Dadis CAMARA et le ministre malien en charge de la sécurité, le général Salif TRAORE.

Etaient également présents les membres du gouvernement, le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Zéphirin DIABRE, les présidents d’institutions, les chefs de missions diplomatiques et consulaires accrédités au Burkina Faso, les représentants des organisations internationales et interafricaines, les leaders coutumiers et religieux, etc.
Il est à noter que la célébration de l’indépendance est l’aboutissement de la lutte héroïque des pères fondateurs de notre pays mais aussi celui de l’exaltation des valeurs communes d’honneur, de dignité, d’intégrité et de solidarité qui ont toujours caractérisé le peuple burkinabè.

A cette mémorable occasion, le peuple reconnaissant se souvient des sacrifices consentis par ses valeureux fils sur le chemin de la construction de la nation et de ses martyrs tombés pour la justice, la liberté et la démocratie.
En sus, la pertinence du thème du 56 eme anniversaire de la fête de l’indépendance à savoir : « Démocratie, défis sécuritaires et progrès économique et social » rappelle que les valeurs de dignité, de liberté, d’égalité, de progrès et de justice si chères aux Burkinabè et si chèrement conquises ne peuvent prospérer qu’aux moyens de la démocratie qui est une construction continue jamais achevée.

En tous les cas, la Nation est aujourd’hui menacée, entre autres, par le terrorisme, la criminalité transfrontalière, le grand banditisme, l’extrémisme religieux violent. Ces fléaux qui se doublent d’autres types de criminalité sont autant de défis à la sécurité nationale et à celle des vaillantes populations qui ont besoin d’un espace de paix et de quiétude pour s’adonner à leurs activités quotidiennes.

Nul doute que les conditions désormais réunies, le Burkina Faso peut envisager avec sérénité son développement socioéconomique harmonieux avec le concours et la confiance de tous, comme le témoigne le succès de la Conférence des partenaires du Burkina Faso pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES) les 07 et 08 décembre 2016 à Paris.
Enfin, les regards sont désormais tournés vers la ville de Gaoua, capitale du Sud-ouest, chargée d’organiser en 2017, les festivités du 57eme anniversaire de l’accession du Burkina Faso à la souveraineté nationale et internationale.

DCI/PM

Commentaires