11-Décembre : après Kaya, les regards désormais tournés vers Gaoua

| 13.12.2016 à 00h02
Réagir
La célébration du 56e anniversaire de l’indépendance de notre pays a connu son point d’orgue le dimanche 11 décembre 2016 à Kaya. Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a présidé, pour la première fois en tant que chef d’Etat, la parade militaire et civile, en présence du premier ministre, du président de l’Assemblée nationale, du chef de file de l’opposition politique, des membres du gouvernement, des présidents d’institutions et de nombreuses personnalités de marque. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
© DR — Autre Presse
La célébration du 56e anniversaire de l’indépendance de notre pays a connu son point d’orgue le dimanche 11 décembre 2016 à Kaya. Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a présidé, pour la première fois en tant que chef d’Etat, la parade militaire et civile, en présence du premier ministre, du président de l’Assemblée nationale, du chef de file de l’opposition politique, des membres du gouvernement, des présidents d’institutions et de nombreuses personnalités de marque. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
Le Burkina Faso a commémoré le 56è anniversaire de son accession à la souveraineté nationale ce dimanche 11 décembre 2016 à Kaya, chef-lieu de la région du Centre-Nord. Après une série d’activités durant plusieurs jours, c’est le défilé civil et militaire qui a constitué le clou des festivités. C’était en présence de plusieurs personnalités parmi lesquelles l’ancien chef d’Etat guinéen, Moussa Dadis Camara, et le ministre malien de la Sécurité et de la Protection sociale, le général Salif Traoré.



« Démocratie, défis sécuritaires et progrès économique », ce thème plus que d’actualité, vise selon le gouvernement burkinabè, à sensibiliser les populations du Centre-Nord en particulier et du Burkina en général, sur la vie démocratique et l’impact des menaces sécuritaires sur l’évolution du pays des hommes intègres. « Les Burkinabè se projettent désormais légitimement avec fierté et dignité retrouvées dans une ère de renouveau démocratique avec la perspective d’une triple embellie, politique, économique et sociale », a dit le président Roch Marc Christian Kaboré à l’occasion de cette célébration.

La grande parade a été exécutée par 300 civils et 2 000 militaires et paramilitaires. Ce sont les filles du complexe scolaire Belemtissé de Kaya, symbole d’une relève assurée qui ont ouvert le défilé civil. Tour à tour, les différents ministères et leurs démembrements, les sociétés de téléphonie mobile, les personnes handicapées, les griots de la cour royale de Kaya, les majorettes de la ville de Kaya ont marqué le pas devant le chef de l’Etat et ses invités. Tous habillés en pagne du 11 décembre ou tenues locales, les défilants civils ont émerveillé le public par leur élégance.

Après le défilé civil qui a été bouclé par les majorettes de la ville de Ouagadougou, place a été faite au défilé militaire et paramilitaire. En entrée, les forces de défense et de sécurité burkinabè servent le défilé monté à travers des pas et chants, signe du savoir faire de l’armée burkinabè. Le défilé aérien a quant à lui été fait par des chasseurs de type Super Tucano qui « permettent aux forces terrestres de bénéficier de l’appui aérien qui les mettent à l’abri des tirs ennemis », a expliqué le chef d’Etat-major général des armées, le général Pingrenoma Zagré.

La garde présidentielle, les élèves du Prytanée militaire du Kadiogo, la gendarmerie, l’armée de terre, l’armée de l’air, les sapeurs pompiers, les anciens combattants, la douane, la police nationale, la police municipale, ont à tour de rôle montré aux yeux des populations de Kaya que le Burkina Faso peut compter sur l’unité et l’efficacité de ses forces de défense et de sécurité. C’est donc dans l’espoir de commémorer le 57è anniversaire avec d’autres défis, que rendez-vous a été pris pour Gaoua en 2017.

Abel Azonhandé

Commentaires

+ à lire