TNT : Des experts des TIC au chevet des pays membres de l’UEMOA

| 22.09.2016 à 00h00
Réagir
Kadidia Savadogo - Directrice générale de la Société burkinabè de la télédiffusion (SBT)
© DR / Autre Presse
Kadidia Savadogo - Directrice générale de la Société burkinabè de la télédiffusion (SBT)
La commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a organisé une rencontre d’experts chargés de la transition de ses pays membres vers la télévision numérique terrestre, le mercredi 21 septembre 2016 à Ouagadougou.


Une année après la date butoir du 17 juin 2015 fixée par l’Union internationale des télécommunications (UIT), le processus de passage à la Télévision numérique terrestre (TNT) piétine dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest. Fort de ce constat, la commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a initié une rencontre entre les experts chargés de la transition vers le numérique, le mercredi 21 septembre 2016 à Ouagadougou. Il s’est agi pour les spécialistes de la question d’analyser les difficultés qui plombent la marche vers la technologie numérique et de faire des propositions idoines en vue d’être au diapason de la directive de l’UIT. L’expert en Technologies de l’information et de la communication (TIC) de l’UEMOA, Abossé Kpakpo a relevé quelques points d’obstacles ayant causé le retard des pays de l’Union. Selon lui, les Etats de la sous-région ne se sont pas engagés assez tôt alors que le passage au numérique est un processus long et complexe. « La commission de l’UEMOA a été saisie en 2012 alors que l’accord avec l’UIT avait cours depuis 2006 », a-t-il regretté. Le retard serait lié aussi à des problèmes financiers, a ajouté M. Kpakpo, parce que la transition nécessite la mobilisation d’importantes ressources. Les échanges des experts ont également porté sur les questions organisationnelles, a-t-il souligné. Le conclave a donc permis aux participants de s’inspirer des expériences respectives de chaque Etat membre, en termes d’échec et de réussite, a laissé entendre l’expert en TIC. Dans ce processus, le Burkina Faso semble être en bonne posture pour rattraper son retard. En effet, à en croire la directrice générale de la Société burkinabè de télédiffusion (SBT), Kadidia Savadogo, tous les obstacles ont été levés. Elle a assuré que les financements nécessaires ont été débloqués et le pays est actuellement dans une dynamique d’acquisition des équipements pour mettre en marche les premières stations numériques dans trois mois. « D’ici septembre 2017 au plus tard nous comptons pouvoir achever l’ensemble du processus dans notre pays », a-t-elle annoncé. Dans l’espace communautaire, le souhait des pays membres est de voir la TNT devenir une réalité au plus tard en 2018. Pour mémoire, cet atelier des experts s’est tenu en prévision de la réunion des ministres en charge de la communication, des télécommunications et des TIC des Etats membres de l’UEMOA sur l’évolution du processus de transition numérique dans la zone monétaire, prévu le 23 septembre 2016.

Fabé Mamadou OUATTARA

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité