La 2e édition du forum africain sur la protection des données s’ouvre mardi à Ouagadougou

| 14.09.2016 à 14h30
Réagir
Le Président du Faso S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience la présidente de la Commission de l’Informatique et des Libertés (CIL), Madame Marguerite OUEDRAOGO /BONANE le 25 avril 2016 à Ouagadougou. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
© DR / Autre Presse
Le Président du Faso S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience la présidente de la Commission de l’Informatique et des Libertés (CIL), Madame Marguerite OUEDRAOGO /BONANE le 25 avril 2016 à Ouagadougou. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
Ouagadougou (Burkina Faso) - La capitale burkinabè, Ouagadougou va abriter, du 20 au 23 septembre, le 2e forum africain sur la protection des données personnelles, a annoncé la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), lors d'un point de presse donné mercredi à Ouagadougou.


Selon la CIL, le forum sera une occasion pour tenir la 9e conférence annuelle ainsi la 10e assemblée générale de l’Association francophone des autorités de protection des données personnelles (AFAPDP).

D’après les organisateurs, ces deux rendez-vous réuniront 150 participants par rencontre dont 80 délégués venant d’une cinquantaine de pays.

L’objectif principal de ce forum, selon la présidente de la CIL, Marguerite Ouédraogo/Bonané, est de «se mobiliser pour, ensemble, lutter contre les dérives de la société de l’information et formaliser le réseau des autorités de protection des données personnelles par l’adoption des statuts».

Aux dires de Mme Ouédraogo, la rencontre sera l’occasion aussi, de susciter l’adoption de cadre juridique et institutionnel pour les pays qui n’en disposent pas encore.

En effet, le Niger, par exemple, ne dispose pas encore de textes juridiques en matière de protection des libertés individuelles contrairement à des pays comme le Mali, le Sénégal, la Côte-d’Ivoire et le Burkina Faso.

Entre autres textes juridiques dont dispose le Burkina Faso, il y a l’article 6 de la Constitution, la loi n°010-2004/AN, la convention de l’Union africaine (UA) sur la cyber-sécurité et la protection des libertés individuelles.

En outre, le Burkina envisage d’adhérer au traité n°108 de la convention pour la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel du Conseil de l’Europe.

Le deuxième forum africain sur la protection des données personnelles aura lieu après la première édition tenue en 2015 au Sénégal.

ALK/cat/APA

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité