Gouvernance de l’internet : L’Afrique francophone veut jouer sa partition

| 30.08.2016 à 00h01
Réagir
Aminata Sana Congo - Ministre du développement de l’économie numérique et des postes
© DR / Autre Presse
Aminata Sana Congo - Ministre du développement de l’économie numérique et des postes
Il s’est ouvert le lundi 29 août 2016, à Ouagadougou, une session de formation des formateurs sur la gouvernance de l’internet et des autres systèmes d’information. Organisée par l’ONG Initiative TIC et citoyenneté sous le haut patronage de SEM le Premier ministre et le co-parrainage du Ministre du Développement de l’Economie numérique et des Postes et du président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes, cette session de formation a pour ambition de constituer une masse critique d’experts des pays d’Afrique francophone dans les instances de régulation de la toile mondiale.


Deuxième du genre après celle tenue en juillet 2015 dans notre pays, cette session de formation va permettre d’outiller les experts des pays francophones à participer et à contribuer efficacement aux instances internationales où se discutent l’avenir du réseau mondial et de développer la capacité en prospective numérique dans les pays africains. Cette rencontre devra également permettre aux experts d’être les moteurs de l’innovation numérique dans leurs pays respectifs et dans leurs domaines de compétence.

Cette session de formation est salutaire pour les pays francophones dans la mesure où elle est contribuera grandement à relever le défi des engagements pris lors de deux sessions du sommet mondial sur la société de l’information en 2003 et 2005.

La bonne gouvernance du numérique est devenue un atout majeur pour le développement car elle permet de doter les pays d’outils pour un management stratégique qui favorise l’optimisation, la concertation, la mutualisation et l’innovation. Et en accueillant pour la deuxième fois cette session de formation, le Burkina Faso nourrit l’espoir d’augmenter son potentiel d’experts en matière de gouvernance de l’internet qui se positionne comme une des conditions pour la mise en œuvre de la stratégie « Burkina numérique 2025 ».

DCPM/MDENP

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité