Burkina: 605 Kg de drogue saisie par la douane de Nako dans le Sud-ouest

| 11.11.2016 à 00h00
2 Réactions
Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
© DR / Autre Presse
Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
605 kilogrammes de cannabis, des motos, c’est le butin saisi des mains de narcotrafiquants par les services de douane du sud-ouest. Le matériel a été présenté à la presse ce jeudi 10 novembre 2016 au poste de douane de Nako, dans la province du Poni.


Le poste de douane de Nako a encore fait parler de lui dans la lutte contre le trafic des stupéfiants. Il a présenté ce 10 novembre 2016 à la presse du sud-ouest, 605 kilogrammes de cannabis et quatre motos.

Ce matériel a été saisi au cours d’une mission de circulation le 04 novembre 2016 vers 23h des mains de narcotrafiquants dans la zone de Ossoro, à une quarantaine de km du poste. Cette saisie porte à près de deux tonnes de cannabis déjà saisies en 2016 par le poste de douane de Nako.

La prise a été rendue possible grâce à la collaboration avec d’autres unités douanières de la région. Les trafiquants pris dans le piège de l’équipe d’intervention se sont enfuis laissant derrière eux, les colis de chanvre indien et les quatre motos, explique le directeur régional des douanes du Sud-ouest.

« Félicitations à vous »

Une occasion pour Salekou Zahi de féliciter une fois de plus les agents du poste de douane de Nako pour le travail abattu malgré les conditions de travail difficiles.

Cette saisie importante de cannabis a une valeur estimée à 60.500.000F CFA.

La région des douanes du Sud-ouest s’est toujours illustrée en matière de saisie de stupéfiants. L’une des grosses prises remonte en 2015 où 17 tonnes de cannabis n’ont pas échappées aux mailles des combattants de la fraude.

Ce passage s’explique notamment de par la situation géographique de la région. Celle-ci est marquée à sa partie Est par une longue frontière naturelle avec le Ghana. Cette trajectoire offre de multiples passages difficiles à surveiller et utilisée par des pasteurs qui transportent les marchandises frauduleuses vers d’autres pays. Ce qui contribue à alimenter la criminalité transnationale.

Karim Dianda

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité