Burkina/Putsch : les avocats de Bassolé en passe de gagner leur première bataille devant la justice

| 23.07.2016 à 00h02
1 Réactions
Burkina/Putsch : les avocats de Bassolé en passe de gagner leur première bataille devant la justice
© DR / Autre Presse
Burkina/Putsch : les avocats de Bassolé en passe de gagner leur première bataille devant la justice
La chambre de contrôle d'instruction "pourrait" autoriser mardi prochain les avocats étrangers à défendre Djibril Bassolé incarcéré dans le cadre des enquêtes du coup d'Etat raté du 16 septembre dernier, a déclaré vendredi le parquet militaire au Burkina Faso.


Mardi 26 juillet, "la chambre viendra nous dire si elle accepte que les avocats étrangers de Bassolé plaident ou pas devant les tribunaux militaires. (...) j'ai comme l'impression qu'il accepte parce que déjà à notre audience du 20 (juin) le président de la chambre de contrôle d'instruction avait accepté la constitution d'avocats étrangers", a indiqué vendredi le commissaire du gouvernement, Alioune Zanré.

Djibril Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré chassé du pouvoir en 2014, a été incarcéré pour son implication présumée dans le putsch du 16 septembre 2015, conduit par le général Gilbert Diendéré.

Depuis, un bras de fer oppose ses avocats, étrangers pour la plupart, à la justice militaire burkinabè qui estime que ces derniers ne sont pas habilités à plaider devant une telle juridiction.

Citant l'article 31 du code de la justice militaire le commandant Zanré a indiqué que les avocats étrangers "ne peuvent pas plaider devant les juridictions militaires sauf réserve de réciprocité".

Il a en outre expliqué que les avocats de Bassolé ont saisi la cour de cassation qui avait renvoyé l'affaire devant la chambre de contrôle d'instruction lui "demandant de statuer sur la requête et d'aller au fond et de dire oui ou non si les avocats étrangers peuvent plaider devant la juridiction militaire".

"Dans tous les cas nous avons dit à la chambre que nous n'avons pas peur des avocats. Les juges ont vraiment raisons. C'est notre loi, c'est vrai qu'elle est largement antérieure à la directive de l'UEMOA qui est plus récente, donc je peux comprendre qu'il ait des problèmes. Mais je pense que si les conventions sont supérieures aux normes nationales, c'est aux normes nationales de s'adapter", a-t-il soutenu.

"Si non nous n'avons pas peur de la constitution d'avocats étrangers. Soit on est sûr de son coup, soit on n'est pas sûr", a-t-il répété.

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité