Burkina: Le centre de formation des avocats en proie à des difficultés financières (Bâtonnier)

| 08.11.2016 à 00h00
Réagir
Me Mamadou Savadogo - Bâtonnier de l`Ordre des Avocats du Burkina
© DR / Autre Presse
Me Mamadou Savadogo - Bâtonnier de l`Ordre des Avocats du Burkina
Ouagadougou - Le Centre de formation professionnelle des avocats du Burkina n’est plus en mesure de faire face à ses dépenses, en raison notamment du «coût élevé» de la prestation des enseignants et des promesses d’appuis non encore tenues, a indiqué lundi le Bâtonnier Me Mamadou Savadogo.


«La principale de nos préoccupations est la question de la formation de l’avocat au Burkina Faso, donc du centre de formation professionnelle (des avocats du Burkina) que nous avons ouvert depuis novembre 2015. Ce centre a pour vocation de former des avocats burkinabè mais aussi, elle doit avoir la capacité d’accueillir et de former des avocats de toute la sous-région de l’UEMOA», a déclaré lundi le Bâtonnier Me Mamadou Savadogo, a l’issue d’une audience avec le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Selon Me Mamadou Savadogo, la mise en place de ce centre, a occasionné beaucoup de difficultés dont ils ont souhaité porter à l’attention des plus hautes autorités pour qu’elles les aident à les résorber.

«C’est essentiellement des difficultés d’ordres financières parce que le centre de formation a recours à des enseignants vacataires de très haut niveau que nous trouvons au plan national, mais aussi au plan international, ce qui a un coût très élevé. C’est aussi le coût des instruments pédagogiques qui sont également très élevés», a-t-il expliqué.

Il a précisé que les ressources attendues pour financer le centre de façon autonome ne sont pas arrivées en raison de difficultés indépendantes de leur volonté.

«Les appuis institutionnels que nous attendions et les ressources que nous escomptions avec le développement des droits de plaidoiries ne sont pas venus, parce que les actes d’exécutions qui nous permettaient d’imposer des droits de plaidoiries n’ont pas été pris encore. Nous nous trouvons dans une situation où nous ne pouvions plus faire face aux difficultés financières», a affirmé Me Mamadou Savadogo.

Selon lui, d’autres points ont également été évoqués avec le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, à savoir la rentrée solennelle du Barreau prévue pour mars 2017 et la disponibilité de l’ordre des Avocats à accompagner l’Etat et tous ses démembrements, lorsqu’il s’agira pour nos instituions de discuter avec les investisseurs, de conclure des contrats, des partenariats public-privé etc.

Selon Me Savadogo, le président Kaboré comme à l’accoutumée, a écouté attentivement l’ensemble de leurs préoccupations et a promis de les examiner avec beaucoup de bienveillance.

Agence d’Information du Burkina
fo/taa

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité