2ème édition du Salon du Droit : pour une meilleure compréhension du langage juridique

| 05.11.2016 à 00h00
Réagir
2ème édition du Salon du Droit : pour une meilleure compréhension du langage juridique
© DR / Autre Presse
2ème édition du Salon du Droit : pour une meilleure compréhension du langage juridique
Le comité d’organisation de la 2ème édition du Salon du droit a organisé une conférence de presse ce vendredi 4 novembre 2016 à Ouagadougou pour déballer les activités qui devront ponctuer l’évènement. Sous le thème « Collaboration entre la justice et les justiciables, enjeux et défis », l’activité est placée sous la présidence du ministre en charge de la justice, Réné Bagoro, et le parrainage de Antoinette Ouédraogo, ancienne bâtonnière de l’Ordre des Avocats.


Le problème qui se pose entre les justiciables et la justice résiderait dans la non maitrise du langage de la justice et le fonctionnement de l’institution judiciaire. C’est conscient et soucieux de cet état de fait que les promoteurs ont décidé de rebeloter avec cette 2ème édition du Salon du Droit. Selon Dieudonné Lankoandé, promoteur du salon, il s’agit de permettre aux populations de se découvrir, de partager, de mieux connaitre le fonctionnement des institutions démocratiques burkinabè. En clair, Dieudonné Lankoandé veut que ce salon soit un carrefour de jeunes et de professionnels du Droit, tous engagés pour la paix et la stabilité au Burkina. A l’en croire, ce projet cible prioritairement les mouvements de jeunesse, les jeunes faisant preuve d’un engagement social ou politique exemplaire et tous ceux qui ont à cœur les idéaux de justice, de bonne gouvernance, de paix d’intégrité et de panafricanisme.

Une bonne brochette d’activités

Concernant les activités qui devront ponctuer l’évènement, il faut noter les Portes ouvertes au Droit, du 10 au 12 Novembre 2016, à la Maison du Peuple. Des thèmes seront animés par d’éminents juristes et des acteurs de la société civile. Des sous-thèmes comme « La protection des droits des femmes et des enfants au Burkina Faso », « Mécanisme et fonctionnement de la justice burkinabè » et, « Connaissance du langage judiciaire », sont, entre autres, les notions qui y seront développées. Le Comité d’organisation annonce également des expositions-ventes de produits et services liés au droit, des consultations juridiques gratuites avec des notaires, huissiers de justice et avocats.

L’innovation majeure de cette édition est l’introduction d’un concours de plaidoirie pour les étudiants de niveau licence et master des universités du Burkina. Une soirée de remise de trophées sera organisée pour primer l’excellence d’étudiants en droit, le prix du meilleur enseignant de l’année en droit et des prix spéciaux de promotion du civisme, de la protection des droits de l’Homme, de la démocratie et de la bonne gouvernance.

Le Comité d’organisation affirme avoir bouclé le budget prévisionnel à 80%, qui, du reste, était estimé à environ 9 millions FCFA. Notons que c’est le bimensuel d’information juridique « Le chemin du Droit », qui, dans le cadre de ses activités annuelles, organise le Salon du Droit.

Armelle Tapsoba

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité