Seule « la paix des cœurs rendra l’insurrection populaire à jamais impérissable » (Kafando)

| 30.10.2016 à 00h01
Réagir
Seule « la paix des cœurs rendra l’insurrection populaire à jamais impérissable » (Kafando)
© DR / Autre Presse
Seule « la paix des cœurs rendra l’insurrection populaire à jamais impérissable » (Kafando)
Ouagadougou - Le président de la Transition (nov. 2014-déc.2015), Michel Kafando a invité samedi les Burkinabè à cultiver «la paix des cœurs», afin de rendre «à jamais impérissable», le souvenir de l’insurrection d’octobre 2014, ayant mis fin aux 27 ans de pouvoir du président Blaise Compaoré.


«Nous avons une Nation déchirée depuis de longues années et qui s’est terminée par l’insurrection (octobre 2014) et un régime démocratique élu (en novembre 2015) par le peuple burkinabè», a affirmé samedi, Michel Kafando.

Pour le président de la Transition, «si nous voulons que l’Etat demeure stable, que l’exemple de l’insurrection soit à jamais impérissable, que le Burkina Faso demeure toujours cette référence, il faut que nous arrivons à la paix des cœurs».

Selon lui, chacun doit mettre de côté, ce qui est d’un intérêt particulier au profit de l’intérêt général, à savoir, «faire de ce pays un pays de prospérité où tout le monde se comprend, se tolère, peut se dire la vérité».

Au Burkina Faso, diverses manifestations sont programmées pour commémorer le 2e anniversaire de l’insurrection populaire, ayant évincé le président Blaise Compaoré pour avoir voulu s’octroyer un mandat supplémentaire, malgré ses 27ans de pouvoir.

C’est à ce titre que Michel Kafando s’exprimait en marge d’un panel organisé par la Coalition des forces démocratiques pour un vrai changement (CFDC), dirigée par le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) burkinabè, Zéphirin Diabré.

Le président Kafando a indiqué que les Burkinabè se doivent de «cultiver l’unité nationale, en faisant en sorte que ce qui a été fait, il y a deux ans, demeure à jamais».

De son avis, «l’insurrection est désormais et pour toujours inscrite en lettres d’or dans l’histoire du Burkina mais dans l’histoire universelle».

«Nous pouvons être fiers de ce qui a été fait dans ce pays, fiers de notre jeunesse, fiers de nos femmes, des enfants, fiers du peuple burkinabè», a-t-il martelé.

Tout en souhaitant un joyeux anniversaire à tous les ‘’insurgés’’, il a eu également une pensée pieuse pour toutes les victimes de cette «lutte patriotique».

Agence d’information du Burkina
ak-taa

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité