Conférence de Paris sur le PNDES

| 15.11.2016 à 00h03
Réagir
Le Ministre de l'Urbanisme et de l'Habitat, Dieudonné Maurice BONANET a demandé aux banques du Burkina de financer la construction de logements sociaux. C'est à l'occasion de la rencontre d'échange de ce lundi 09 mai 2016 entre le premier ministre et les banquiers. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
© Ministère
Le Ministre de l'Urbanisme et de l'Habitat, Dieudonné Maurice BONANET a demandé aux banques du Burkina de financer la construction de logements sociaux. C'est à l'occasion de la rencontre d'échange de ce lundi 09 mai 2016 entre le premier ministre et les banquiers. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a invité, le lundi 14 novembre 2016 à Ouagadougou, les acteurs du secteur privé burkinabè à « participer massivement » à la conférence de Paris sur le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES).


«Je voudrais solliciter l’accompagnement de tout le secteur privé national. Il faut que tous les grands capitaines des entreprises nationales soient présents à la table ronde des bailleurs de fonds à Paris ». C’est en ces termes que le chef du gouvernement, Paul Kaba Thiéba, a convié les opérateurs économiques à la conférence des partenaires techniques et financiers du Burkina, pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES), prévue à Paris, en France, les 7 et 8 décembre prochains. C’était au cours d’une rencontre, le lundi 14 novembre 2016, à Ouagadougou. Selon le Premier ministre, ils doivent y être pour, d’abord, apporter leur soutien à la politique du gouvernement et marquer leur adhésion à la mise en œuvre du PNDES, mais aussi pour nouer des partenariats avec des investisseurs étrangers. Parce qu’avant tout, « ils sont aussi des Burkinabè et des partenaires de l’Etat ». D’ailleurs, la deuxième journée de cette conférence (8 décembre) est consacrée aux investisseurs privés. A l’occasion du présent conclave, M. Thiéba a révélé aux opérateurs économiques, une liste de projets dits « structurants » qui sera soumise aux investisseurs potentiels à Paris. « Les projets touchent tous les secteurs prioritaires qui figurent dans le PNDES », a ajouté Paul Kaba Thiéba.

«Le secteur privé doit se mobiliser»

Ils vont de l’énergie aux infrastructures routières, en passant par l’eau et l’assainissement, via l’agriculture et l’emploi des jeunes. L’exécutif burkinabè a dit attendre « une participation active » du secteur privé burkinabè au financement de son référentiel de développement. Il peut, selon les explications du chef du gouvernement, y contribuer par financement classique, par des partenariats public-privé ou encore par souscription aux émissions de bons. « Le secteur privé national doit se mobiliser pour apporter sa contribution sur toutes ses formes », a-t-il soutenu. Tout en cherchant du profit, les opérateurs économiques doivent créer de la richesse et des emplois. « C’est ainsi que le PNDES sera un succès », a affirmé Paul Kaba Thiéba. Pour une participation effective du privé au développement du Burkina Faso, le gouvernement est « conscient » qu’il lui revient de mettre en place les conditions idoines pour assurer la rentabilité de l’investissement privé. A l’issue des échanges, le Premier ministre s’est réjoui de ce cadre de dialogue qui s’est offert à lui. Les représentants du secteur privé national se sont montrés sensibles aux messages du chef de l’exécutif burkinabè et ont manifesté le souhait d’être du rendez-vous de Paris. « Au moment où il y a un élan national de mobilisation des ressources pour le financement du PNDES », le représentant du secteur privé, Elie Justin Ouédraogo, a salué l’initiative du gouvernement. Il a rassuré que chacun, dans son secteur d’activité, verra quelle peut être sa contribution.

Djakaridia SIRIBIE

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité