Commune de Ramongo : Il faut arrêter l’élan du banditisme au col blanc

| 21.06.2016 à 12h00
1 Réactions
Commune de Ramongo : Il faut arrêter l’élan du banditisme au col blanc
© DR / Autre Presse
Commune de Ramongo : Il faut arrêter l’élan du banditisme au col blanc
Ramongo, commune située sur la route de Koudougou est sous l’emprise d’un clan de voyou aux cols blancs.


En effet, après la dissolution des conseils municipaux par la transition et la mise en place des délégations spéciales, la gestion de la commune de Ramongo est restez entre les mains des anciennes autorités par le biais de la cheftaine de ladite délégation, qui était Mme le préfet du département de Ramongo. Cette entente dans la gestion a permis l’ex maire de continuer à traiter ses affaires comme si de rien n’était et à spolier les pauvres habitants de la commune au profit de son clan déchu du pouvoir, le CDP. C’est ainsi que sous la gestion de ce maire s’est rendu coupable de plusieurs forfaits, vérifiables sur places. Ce sont entre autres :

1- Duperie de Madame GK dans sa recherche de fond de financement de l’agriculture.

Madame GK dépose monte un dossier de demande de financement qui sollicitait un p obligatoire à la mairie avant d’être déposé.

Le maire a pris le soin de reproduire le dossier de madame GK et la devancer pour déposer auprès du Ministère de l’agriculture. Lorsque madame déposa son dossier à son tour, il lui a été signifié qu’un dossier similaire a été déposer à leur niveau par la mairie, GK compris alors le manège et tente depuis lors de toucher des gens pour rentrer dans ses droits. Peine perdu jusqu’au moment où nous écrivions ces lignes. FAIT VERIFIABLE A LA MAIRIE DE RAMONGO, auprès du régisseur ROUAMBA ABDOU, ce dernier a affirmer a des témoins avoir agi sous les ordres de l’ex maire Nihémy Rasmané KABORE, Professeur de lycée et collège, cet enseignant, sous la bannière CDP qui a été porté à la tête de cette commune, qui est encore en passe d’être réélu encore sous la bannière du CDP après une corruption massive et utilisation des ressources publiques pour la campagne.

2- Détournement de projet

Un projet qui avait pour but de mettre de l’ordre sur les rives du barrage de Ramongo a été rejeté après que les populations concernées par le déguerpissement. En effet, le projet monté par X et déposé au ministère de l’environnement devait permettre un meilleur bornage des rives du barrage, donc un déguerpissement des populations vivant aux abords du barrage. Ces dernières se sont opposées à ce projet et demandé son réadaptation à leurs réalités.

Débouter, les autorités communales, dirigées par la cheftaine de la délégation spéciale et l’ex maire Rasmané KABORE ont monté une association au nom des populations et redéposé le dossier du projet rejeté pour redemander un financement. Cette association a comme membres uniques les seules agents et conseillers de la mairie et se dénomme Association pour la Protection de la Femme et des Enfants (APFE). Le projet a été financé par le Fond d’Investissement pour l’Environnement. La population ne sait pas jusqu’à présent de quoi a été fait ce financement gagné par cette fameuse association en leur nom, et demanderons les comptes en ce moment même. Fats vérifiable sur place aux populations et auprès du roi de Ramongo, qui a contribué à calmer les esprits.

3- Distribution massive de parcelles et continuation du lotissement malgré l’arrêt demandé.

Nhiémie KABORE, ex maire CDP suspendu continuait de diriger la mairie par procuration avec la délégation spéciale. C’est cette coalition qui tente d’exproprier un vieux de salbilsgo, son terrain, au profit d’un opérateur économique de la place. Cet octogénaire a piqué une crise de tension après l’annonce de la nouvelle et a opposé un non catégorique à la mairie. Il s’agit du terrain situé au bord du goudron, à la rentrée de du village de Sabilsgo.

Apres investigation de la famille, il se trouve que la délégation spéciale a élaboré un document sensé être signé par le vieux donnant son accord pour la vente de son terrain. Le régisseur de la mairie Abdou a avoué la forfaiture et a tenté de sauvé la face de l’ex maire. La famille de ce vieux lance un cri de détresse et demande au Ministère de l’administration territoriale de jeter un coup d’œil sur la gestion de la municipalité de cette commune pour éclaircir la lanterne des populations. Le roi de Ramongo est également un témoin vivant et médiateur dans cette affaire.

Autres ces déboires des responsables communaux de RAMONGO, il faut ajouter l’usage abusive des ressources publiques à usage personnel comme le transfert des zones d’investissements au profit des familles des travailleurs de la maire et de l’ex maire RASMANE KABORE.

Le délinquant au col blanc principal Nhiémy Rasmané KABORE à tout fait pour revenir aux affaires pour tenter de couvrir tous ces déboires commis sous sa gestion passées et sous celles de la délégation spéciale, dans laquelle il est mêlé également.

IL FAUT SAUVER RAMONGO, CAR PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT

Fanta KABORE, enseignante à RAMONGO

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité