Tambao: vers une 3ème et autre condamnation du Burkina!

| 11.10.2016 à 00h01
Réagir
Tambao: vers une 3ème et autre condamnation du Burkina!
© Roxgold Inc.
Tambao: vers une 3ème et autre condamnation du Burkina!
La semaine dernière, nous faisions état de la condamnation du Burkina Faso à verser la somme de 8,8 milliards de F CFA à General Nice Ressources (GNR) suite à la rupture unilatérale du contrat pour l’exploitation du manganèse de Tambao. A peine les Burkinabè se sont remis de leurs émotions que Pan African Tambao menace de poursuivre le Burkina Faso devant les tribunaux. Cette société voudrait réclamer 2 000 milliards de F CFA.

En rappel, en 2011, le gouvernement a ignoré les droits de General Nice Ressources en procédant à la rupture unilatérale du contrat qui le lie avec cette société. Pan African Burkina a été désignée par le gouvernement burkinabè pour succéder à General Nice Ressources sur le site. Comme l’exige la loi, une société de droit burkinabè, Pan African Tambao, est créée pour l’exploitation du manganèse. C’est ainsi que le permis d’exploitation du manganèse a été remis à cette société en mai 2014 et le permis d’exportation en octobre 2014.

Un des actes forts que le ministre des Mines de la Transition, le colonel Boubacar Ba, a posé, est de suspendre l’exportation du minerai en janvier 2015. Il ne s’arrêtera pas à ce stade. En juin 2015, il procède à la suspension de la convention qui lie le Burkina à Pan African Burkina. Ces mesures de suspensions seront rétablies le18 décembre 2015.

Après ce premier préjudice, Pan African Tambao se dit victime d’un deuxième. Elle dénonce le fait que le ministère des Mines ne ménage aucun effort pour lui permettre de reprendre ses activités après la levée de la suspension. Selon les informations émanant de la société, le ministère des Mines ne s’est pas présenté à la pesée du minerai afin de permettre son exportation. Pourtant, la loi exige qu’un représentant du ministère des Mines, un représentant de la Douane et un représentant de la société assistent à la pesée et cosignent le procès-verbal de pesée. La perception de certaines taxes comme les royalties se font sur la base des données de cette pesée.

Au mois d’août, Pan African Tambao a invité le ministère qui ne s’est pas présenté alors qu’elle se disait prête à exporter son minerai. Pan African Tambao s’estime donc lésé dans ses droits non seulement avec la suspension de son contrat en 2015 mais aussi avec le refus du ministère des Mines de participer à la pesée du minerai. Pour cela, elle menace de traîner le Burkina Faso devant les tribunaux comme l’ont fait Wadi en 2007 et GNR en 2012.

Si les deux sociétés citées ont obtenu gain de cause, Pan African Tambao espère également être dédommagée. Elle exige, selon nos informations, plus de 2 000 milliards de F CFA.

Adoua Kassiro

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité