Tambao: le Burkina condamné à payer 8,8 milliards de F CFA

| 08.10.2016 à 00h01
Réagir
Tambao: le Burkina condamné à payer 8,8 milliards de F CFA
© DR / Autre Presse
Tambao: le Burkina condamné à payer 8,8 milliards de F CFA
La nouvelle est parvenue aux plus hautes autorités du pays. La Chambre de commerce internationale de Paris, compétente pour juger des contentieux dans le domaine des affaires, a condamné le Burkina à verser la somme de 15 millions de dollars (8,8 milliards de F CFA) à la société minière General Nice Ressources (GNR) représentant les dommages et intérêts suite à la rupture unilatérale du contrat d’exploitation du manganèse de Tambao en 2012.

Au moment où les attentes des Burkinabè sont grandes envers le nouveau gouvernement, les conséquences d’une faute de gestion intervenue sous l’ère Compaoré tombe. Le Burkina doit 15 millions de dollars, soit 8,809 milliards de F CFA (le dollar s’échange à 587,333 F CFA ce jour 7-10-2016).

De quoi s’agit-il?

En 2010, dans le cadre de l’exploitation du manganèse de Tambao, le gouvernement, représenté par son ministre des Mines de l’époque, Abdoulaye Abdoulkader Cissé, a signé un protocole avec Magipudy Ravi Shankar, le directeur général Afrique de GNR, une société indienne.

GNR s’engageait à bitumer à ses frais la route Dori-Tambao via Gorom-Gorom et Markoye, à construire le chemin de fer Ouaga–Tambao, via Kaya et à construire des logements pour les familles à déplacer et à implanter les équipements de l’usine et de la mine.

La société s’est attelée à la réalisation des études techniques et environnementales de bitumage de la route Dori-Tambao, les études techniques pour la construction du chemin de fer Ouagadougou-Tambao et toutes les infrastructures. La réalisation de la route et du chemin de fer devraient être terminées en fin 2014.

C’est alors que le gouvernement a décidé de sélectionner un investisseur par la procédure de consultation restreinte afin de retenir une société répondant aux conditions souhaitées en vue de la mise en valeur du gisement de manganèse de Tambao sans informer GNR.

GNR a été classé en deuxième position à l’issue de l’appel d’offres après Pan African Burkina et en juin 2012, la société conteste les résultats publics devant le président du Comité de règlement des différents (CRD) qui a estimé que «la Commission d’attributions des marchés est irrégulière et incompétente pour recevoir et évaluer ces offres».

Malgré tout, le gouvernement décide d’attribuer le marché à Pan African Burkina et, le 11 août 2012, une nouvelle convention est signée avec cette société. GNR va tenter de rentrer dans ses droits en tentant une médiation auprès du Centre de l’arbitrage, de médiation et de conciliation de Ouagadougou (CAMCO) sans obtenir gain de cause. Elle a alors décidé d’assigner le Burkina devant la Chambre de commerce internationale de Paris pour rupture de contrat. C’est cette instance qui a condamné le Burkina à 15 millions de dollars. GNR a donc écrit aux hautes autorités pour les en informer. Le Burkina est obligé de la dédommager et va perdre des recettes au moment où il essaie tant bien que mal de mobiliser des ressources pour satisfaire les multiples revendications et réaliser des investissements.

Adoua Kassiro

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité