Le Burkina veut atteindre un taux d’électrification de 45% d’ici 2020 (ministre)

| 12.11.2016 à 00h03
Réagir
Le Burkina veut atteindre un taux d’électrification de 45% d’ici 2020 (ministre)
© DR / Autre Presse
Le Burkina veut atteindre un taux d’électrification de 45% d’ici 2020 (ministre)
Ouagadougou - Le Burkina Faso ambitionne de faire passer le taux d’électrification national qui était de 18,83% en 2015 à 45% d’ici 2020, a déclaré vendredi le ministre en charge de l’Energie, Alfa Oumar Dissa.


«Le taux d’électrification du pays a été évalué pour l’année 2015 à 18,83% avec une forte disparité entre le milieu urbain et rural», a relevé le ministre Dissa dans son discours d’ouverture de la rencontre.

Alfa Oumar Dissa s’exprimait à l’occasion de la 11e Assemblée générale du Système d’échanges d’énergie électrique ouest africain (EEEOA), tenue vendredi à Ouagadougou.

Il a expliqué que «le taux de couverture électrique» en 2015 a été estimé à 34% avec seulement 575 localités électrifiées et 544825 abonnés, ajoutant que ce chiffre est en hausse de 7,14%.

A entendre le ministre burkinabè en charge de l’Energie, c’est fort de cet état des lieux que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a pris l’engagement politique ferme et la vision de «rendre accessible et disponible» à l’horizon 2020.

Et d’indiquer que cette nouvelle orientation dans le secteur de l’énergie se traduit par le mix énergétique à travers l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans la production actuelle du pays.

Il a également évoqué la promotion de l’efficacité énergétique et le renforcement du parc de production d’énergies conventionnelles.

«L’objectif affiché est de faire passer, d’ici à 2020, le taux d’électrification nationale à 45% et le taux de couverture électrique du territoire national à 85%», a confié M. Dissa.

Le Système d’échanges d’énergie électrique ouest africain (EEEOA) a été créé en 1999 pour tenter d’unir les efforts des pays de la sous-région où le contexte énergétique est caractérisé par une précarité de l’offre et de l’accès à l’énergie.

Ouagadougou a abrité, ce vendredi, la 11e Assemblée générale de l’EEEOA, après la 10esession tenue en 2015, à Dakar, au Sénégal.

Agence d’information du Burkina
ak/taa

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité