Mod’Afrik 2016: la mode se met au service des causes humanitaires

| 13.11.2016 à 00h00
Réagir
Paris, 19 juin 2015 - Le samedi 13 juin, s'est tenue à Asnières-sur-Seine, en région parisienne, la première nuit du Faso Dan Fani en France. Cette étoffe, emblématique du Burkina Faso, a été mise en valeur, par une présentation réussie des talents de créateurs vestimentaires. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
© Ambassade
Paris, 19 juin 2015 - Le samedi 13 juin, s'est tenue à Asnières-sur-Seine, en région parisienne, la première nuit du Faso Dan Fani en France. Cette étoffe, emblématique du Burkina Faso, a été mise en valeur, par une présentation réussie des talents de créateurs vestimentaires. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
Le comité d’organisation de la 4ème édition de « Mod’Afrik » a animé un point de presse ce vendredi 11 novembre 2016 à Ouagadougou pour annoncer la tenue de l’évènement du 29 novembre au 5 décembre 2016 à Ouagadougou. Avec pour thème « Femmes, fistules et Sida », cette 4ème édition s’inscrit dans la dynamique des éditions passées, à savoir, mettre la mode au service des causes humanitaires, notamment les femmes souffrants de fistules et du VIH/Sida.


« Mod’Afrik » réunira à Ouagadougou du 29 novembre au 5 décembre prochain près d’une vingtaine de stylistes de renom d’Afrique et d’Europe ; près de cinquante mannequins, une trentaine de maquilleurs et coiffeuses. Il s’agit entre autre de Gilles Touré, Pathé’O de la Côte d’Ivoire, Maimour du Mali, Korotimi Decherf, Bazem’se, François 1er et Zek Styl du Burkina Faso, Christalix du Cameroun, José Essam (Congo), Pepita D. du Bénin, Grace Wallace du Togo, Martine Dabiré du Sénégal, Smail Akdim du Maroc et bien d’autres.

« Mod’Afrik » mettra sur scène les collections des créateurs africains et servira de plate-forme d’échanges sur les métiers de la mode. Il est prévu aussi un panel sur la question du coton. Aux dires de la promotrice, la styliste burkinabè Korotimi Decherf Koro appelée Koro D K, c’est une occasion offerte aux différents stylistes de découvrir cette matière et de l’adopter dans leurs créations.

Lier la mode à la cause humanitaire est pour la styliste burkinabè une manière de mettre son talent au service des plus démunis. De ce fait, le comité d’organisation envisage mobiliser des fonds pour venir en aide aux femmes souffrantes de la fistule, mais aussi celles infectées ou affectées par le VIH/Sida. L’évènement s’inscrit dans le cadre de la célébration des 30 ans d’existence du Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST (SP/CNLS-IST), une occasion pour « Mod’Afrik » d’associer ses activités pour son expérience.

Le représentant du Secrétaire permanent du SP/CNLS-IST, Aboubacar Ballo, s’est réjoui de ce partenariat car, avec le concours de tous, la pandémie du Sida a diminué. « Nous sommes à une prévalence de moins d’1%. Mais, avec l’existence des poches de résistance. Si nous ne mettons pas l’accent, nous risquons encore d’avoir une hausse de la pandémie ». Pour lui, il y a véritablement un lien entre le Sida et les fistules par ce que, tous viennent des rapports sexuels qui sont soit non protégés, soit précoce ou forcés. « C’est avec la conjugaison de tous que nous pouvons y arriver et Mod’Afrik joue sa partition » a relevé M. Ballo

C’est pourquoi, en plus de la grande soirée de défilé qui aura lieu le vendredi 2 décembre 2016, l’autre attraction sera le grand concert de sensibilisation sur le VIH-Sida et ses méfaits le samedi 3 décembre. Comme artistes invités, il y a Oumou Sangaré, Affou Keita, Greg, Tiness, Imilo Le Chanceux et Dicko Fils.

« Mod’Afrik » se veut un rendez-vous triennal des grands créateurs de mode africaines et dont le principal objectif est de s’en servir pour mener des actions de bienfaisance.

Ylkohanno Somé

Commentaires

À lire aussi

En Continu

Publicité

La Newsletter

S'abonner gratuitement !
captcha 
Publicité
Publicité